Repérages dans les textes

- Réidentifier des personnages en s'aidant d'une liste.

 

- Repérer un mot, une phrase ou un texte en s'aidant d'une

      méthode de repérage des chapitres et des paragraphes.



1°- Liste des personnages


1- Une liste des personnages d'un roman est souvent utile, tout particulièrement lorsque l'intrigue présente de nombreux rebondissements et de nombreux personnages... avec des noms plus ou moins étranges, comme souvent dans les romans "préhistoriques" où des "orthographes" complexes posent des problèmes de lecture et de prononciation...

...dont les auteurs devraient s'inquiéter.

 

2 - Lorsqu'un roman ne peut être lu d'une seule traite, ce qui est très souvent le cas, chaque reprise de lecture, d'autant plus qu'elle sera différée, nécessitera une réidentification de certains personnages... avec rappel de leurs liens familiaux ou sociaux.

 

3- Une liste des personnages devrait idéalement comporter :

le nom et le sexe de chaque personnage,

son âge ou sa classe d'âge : bébé, enfant, ado, adulte, ancien...

ses liens familiaux et sociaux avec les autres personnages.

>>  Dans un roman avec beaucoup de personnages apparentés,

       un tableau généalogique peut renseigner "d'un coup d'œil".

 

>> Evidemment, il serait apprécié que tous les auteurs établissent eux-mêmes la liste des personnages de leurs romans. Quelques rares auteurs le font...

 

4- Il paraît évident de ne consulter une liste des personnages qu'au fur et à mesure des besoins...  et jamais d'avance...  car, surtout lors d'une première lecture, on ne devrait prendre connaissance des personnages qu'au fur et à mesure de leur apparition dans le roman pour suivre l'ordre logique de l'action... et préserver le suspense !

 

 

5- On peut créer  -ou compléter-  une liste des personnages

dès la première lecture d'un roman... ou lors d'une relecture...

en ayant à portée de main de quoi en noter au brouillon

les indications que l'on jugera utiles (voir Article 3) :

 

5.1- au fur et à mesure de l'apparition des personnages...

Cela peut géner un tout petit peu le rythme de la lecture, mais on peut déjà profiter de l'aide de la liste au fur et à mesure de la suite de la lecture... si le brouillon est assez clair !

C'est la formule la plus souple

 

5.2- chapitre après chapitre... La relecture plus ou moins rapide d'un chapitre que l'on vient de lire est un peu plus génante... et plus les chapitres sont longs, plus la gène augmente... et plus la relecture est rapide plus on peut sauter un nom ou une indication.

 

5.3- après la lecture complète du roman... Cela oblige à une relecture complète - plus ou moins rapide et plus ou moins différée - pour opérer soit au fur et à mesure, soit chapitre après chapitre.

 

>>  C'est peut-être la formule  que préfèreront  certains "dévoreurs"

qui ne veulent pas être génés pendant la première lecture d'un roman... mais qui prennent le risque d'être bien génés par les inconvénients évoqués aux articles 1 et 2 ci-dessus !

 

5.4- On peut communiquer sa liste à ceux avec qui l'on discute...

On peut attendre de recevoir la liste d'un correspondant...

On peut aussi collaborer pour établir une liste...

 

 

6- Ecriture de la liste dans le livre

 

Avertissement

N'inscrivez rien dans un ouvrage qui ne vous appartient pas, sauf à en avoir obtenu l'autorisation de son propriétaire.

Sinon utilisez un carton, voir article 7.

 

6.1- La liste est recopiée en classant les personnages par ordre alphabétique général, ou par groupes sociaux, ou par familles... selon ce qui paraîtra le plus logique et le plus utile.

 

6.2- Une liste peut être manuscrite en tête ou en fin du livre :

• s'il y a la place suffisante sur des pages non-imprimées.

• si plusieurs pages sont nécessaires, elles doivent se suivre.

 

>> Vérifier sur un coin de page que le papier ne boit pas...

et utiliser un stylo à séchage immédiat et qui ne bave pas !

(voir Méthode CAL©/Chapitrage/2-Moyens d'écriture)

 

>> Ecrire recto-verso peut ne pas être très joli sur du papier fin. Enfin, il est souvent malaisé d'écrire dans un livre -et en lettres bien alignées- plus que des courtes notes.

 

>> Les solutions suivantes sont plus faciles, surtout pour des listes longues.

 

6.3- Une liste peut être écrite ou imprimée sur des feuillets, collés ensuite sur des pages non-imprimées en tête ou en fin du livre avec de l'adhésif double face (pastilles de préférence).

>> Éviter les colles liquides : risques de bavures et de renverser le petit flacon !

 

>> Si plusieurs pages sont nécessaires, elles doivent se suivre.

>> Noter que l'on peut coller deux feuillets au recto et au verso d'une page non-imprimée.

 

6.4- S'il n'y a pas assez de pages disponibles se suivant, on peut réunir les feuillets en dépliant ou en carnet dont la première ou la dernière feuille sera collée sur une page du livre.

>> En utilisant un papier 80g minimum, les feuillets peuvent être écrits ou imprimés recto-verso, sauf la feuille collée évidemment.

 

>> Plus un dépliant comporte de plis, plus les dépliages-repliages sont malaisés lors des consultations !

>> Un carnet est plus facile à feuilleter, mais au dessus de 4 feuilles (dont une collée), il faut faire une reliure par fil ou agrafes...

 

7- Ecriture de la liste  sur un carton servant de marque-page...  que l'on aura donc toujours instantanément sous la main, ce qui est très pratique.

 

>> Un carton peut être écrit recto-verso. Selon besoin, on peut faire un dépliant ou un carnet. On peut aussi mettre sous plastique des feuillets. Tout cela peut servir de marque-page.

 

>> La liste écrite sur le marque-page pouvant être égarée, on conservera aussi la liste "écrite sur les pages du livre"...  Donc, éditer les feuiilets en deux exemplaires.

 

                          xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx



2°- Repérages dans les textes avec la méthode CAL©


PRESENTATION de la METHODE  CAL©

 

Avertissements

N'inscrivez rien dans un ouvrage qui ne vous appartient pas, sauf à en avoir obtenu l'autorisation de son propriétaire.

Après avoir pris connaissance de la méthode CAL©, chacun estimera s'il a intérêt à l'utiliser en entier, en partie, ou pas du tout !

 

1- Avant la méthode CAL©

 

1.1- En échangeant des idées, des impressions, des remarques à propos d'une citation, il est très utile que chaque correspondant puisse la situer rapidement et avec précision dans le livre qu'il a en main. On pense à priori suffisant d'indiquer le numéro de la page, et dans celle-ci, à peu près le rang du paragraphe ou le rang de la ligne... ce qui est déjà fastidieux si la citation n'est pas en tête ou en fin de page.

 

1.2- Mais cela ne convient plus du tout lorsque les correspondants ont en main des éditions différentes : la première, une réédition dans un autre format, avec une autre mise en pages, une autre police de caractères... en édition de poche par exemple.

 

1.3- Les différences de format, de mise en pages, de police de caractères provoquent des décalages plus ou moins importants qui peuvent atteindre des dizaines de pages... sans oublier les éditions "condensées" qui bouleversent les paragraphes et parfois les chapitres !... et qu'il vaut mieux ne pas utiliser.

 

2- Bases de la méthode CAL©

 

2.1- La méthode CAL© (pour Chapitre + Alinéa + Ligne) permet un repérage simple, rapide et précis des citations dans des textes organisés en chapitres et paragraphes, entre plusieurs corres- pondants... qu'ils soient en présence ou à distance... dans l'instant ou en différé.

 

2.2- En fait, la méthode CAL© complète et adapte aux livres "laïcs" la méthode de repérage utilisée dans des livres "religieux" tels que ceux des juifs, chrétiens et musulmans... qui combinent des noms de livres et des numéros de chapitres, versets et paragraphes... et depuis "les siècles des siècles" les croyants s'y retrouvent très facilement.

 

La méthode CAL© permet de pousser le repérage jusqu'à la ligne où se trouve un mot... et jusqu'aux lignes où débute et où finit une citation.

 

2.3- La méthode CAL© est donc basée sur les éléments structurels du texte intégral d'origine ; aux plus courants, chapitres et paragraphes, peuvent s'ajouter tomes et parties, ainsi que les lignes si besoin.

Chaque élément est désigné par son initiale et un numéro

pour être repéré avec précision et rapidité

dans toutes les éditions conformes à la première :

texte intégral, chapitrage et paragraphage identiques.

 

2.4- Les traducteurs devant logiquement respecter l'agencement en chapitres et paragraphes des ouvrages qu'ils traduisent, la méthode CAL© permet donc de repérer exactement les mêmes textes dans les mêmes chapitres et les mêmes paragraphes d'une langue à l'autre... ce qui permet de communiquer entre personnes possédant des éditions en langues  différentes.

 

3- Explications détaillées

 

3.1- Ne pas s'inquiéter du long exposé de la méthode ; elle est très vite comprise parce qu'elle est simple et logique.

 

En fait, elle se résume, après réalisation du chapitrage et du paragraphage (les 2 sections ci-après) à ce qui est indiqué à l'Article 2.3 ci-dessus et aux Articles 1.1 à 1.4 de la section UTILISATION ; tous les autres articles ne sont que des explications et des astuces de mise en pratique, y compris pour des cas qui se présentent rarement.

 

3.2- Les explications détaillées sont une garantie de bonne compréhension, et dans les tout premiers temps de pratique, on pourra s'y référer en cas de doute.

 

4- à la fin de chacune des trois sections suivantes, sont indiqués les articles qui sont appliqués au repérage CAL© de toutes les éditions intégrales du roman "La Guerre du Feu", un cas très courant.

 

5- Conclusion

Si les auteurs et les éditeurs voulaient bien adopter la méthode de repérage CAL©, cela faciliterait -et encouragerait- les échanges entre les lecteurs qui n'auraient pas à effectuer les deux préparations suivantes qui peuvent être programmées dans la mise en pages des livres, comme c'est le cas, par exemple, dans les marges de certains ouvrages d'études littéraires.

 

 

Première préparation : CHAPITRAGE

 

1- Utilité du chapitrage

    Opération minimale fortement conseillée.

 

1.1- Pour séparer les actions et les moments d'une intrigue ou d'un récit, les ouvrages sont divisés en parties : une pièce de théatre en actes et scènes, une série TV en épisodes, un livre en tomes et parties selon le nombre de pages.  Mais les divisions les plus courantes d'un livre sont les chapitres. Il est très utile de pouvoir les repérer facilement par un numérotage.

> Il serait aussi très utile que les auteurs donnent un titre à chaque chapitre et/ou le présentent en une ou deux lignes (avec reprise à la liste des chapitres) comme le faisaient certains auteurs du passé, Jules Verne par exemple.

 

1.2- Très souvent, les tomes, parties et chapitres d'un ouvrage sont déjà numérotés et il y a une liste des chapitres*. Il n'y a donc à intervenir que si le numérotage et la liste sont inexistants ou incomplets, ce qui est très facile et prend très peu de temps.

 

1.3- Une liste des chapitres* permet de retrouver rapidement les pages où ils commencent.

* définition explicite préférée aux termes habituels : sommaire en début d'ouvrage ou table des matières en fin d'ouvrage.

 

2- Moyens d'écriture

 

2.1- Après essai  sur un coin de page pour vérifier que le papier ne boit pas, utiliser de préférence un stylo à sèchage immédiat pour photo, CD et DVD,... exemples :

STAEDLER-LUMOCOLOR-Noir 318 F...  STABILO OH-Pen 96 FINE...

PILOT-PHOTOGRAPHIC-MAKER 0,3mm...  TDK-CD-R-Pen...

 

2.2- Le risque d'erreur est très limité, mais dans ce cas, utiliser un ruban de masquage sur lequel on peut récrire immédiatement. Eviter les liquides de masquage...  il faut laisser sècher... ils peuvent former des épaisseurs molles rendant l'écriture difficile... et on peut renverser le petit flacon !

 

2.3- On peut utiliser un stylomine ou un crayon noir, grade B ou HB. En cas d'erreur, on peut toujours gommer et récrire immédiatement. Plus tard, on pourra éventuellement mettre au net avec un stylo à sèchage immédiat.   

 

2.4- Eviter d'utiliser des stylos  "baveurs"  (bille et feutre ordi- naires) et les stylos à encre liquide (il faut laisser sécher et le papier peut boire).
 

3- Numérotation des tomes

 

3.1- Lorsqu'un ouvrage est agencé en tomes ou volumes séparés, ils seront désignés individuellement par leur numéro, qu'ils aient des titres particuliers ou non.

 

3.2- Si les tomes ne sont pas numérotés, inscrire leur numéro en chiffres arabes sur la page de garde après le titre général de l'œuvre ou avant le titre particulier du tome s'il existe.

 

3.3- Inscrire aussi le numéro sur la couverture en veillant à ne pas en dégrader l'esthétique*. Enfin, un numéro bien visible sur la tranche permet de repérer plus vite le tome sur les étagères*.

* utiliser de préférence des pastilles adhésives

 

4- Numérotation des chapitres

 

4.1- Le plus souvent, un livre est agencé en chapitres :

• parfois, des parties regroupent les chapitres,

• parfois, des parties remplacent les chapitres,

• et très rarement, il n'y a ni partie ni chapitre !

 

4.2- Le plus souvent,  chapitres  (et parties)  sont numérotés.

Ce numérotage sera respecté, sauf s'il n'utilise pas les chiffres arabes, voir Articles 5.1 et 5.2 ci-après.

 

4.3- Si les chapitres ne sont pas numérotés, inscrire les numéros en chiffres arabes au milieu des pages en tête des chapitres... et au-dessus de leurs titres s'ils existent.

> Procéder de même pour les parties le cas échéant.

 

4.4- Si le livre est divisé en tomes, pour chacun d'eux, recommencer à numéroter chapitres (et parties) à partir de 1.

 

4.5- Si le livre est  divisé en parties ET en chapitres, numéroter les évidemment de façon indépendante.

 

4.6- Les livres agencés en parties ET chapitres déjà numérotés existent en deux formules de numérotage des chapitres :

 

• 4.6.1- en séries : les chapitres sont numérotés à partir de 1 dans chaque partie. Les repères CAL© devront comporter les numéros des chapitres toujours précédés des numéros des parties.

 

• 4.6.2- en continu : les chapitres sont numérotés du début à la fin du livre sans tenir compte de leur répartition en parties. Adopter cette formule plus simple si l'on doit numéroter des chapitres car il n'y aura pas à tenir compte des parties dans les repéres CAL.

 

5- Numérotages particuliers

 

5.1- Certains ouvrages ont un numérotage en chiffres romains qui peuvent être sources de confusions et de ralentissements dans les repérages, ainsi qu'à l'écriture et à la tape au clavier des repères, voir section UTILISATION, Articles 2 (1à4).

Ne jamais les utiliser pour écrire les repères CAL©.

On peut conserver les numéros en chiffres romains sur les couvertures pour les numéros de tomes, mais pour les parties et les  chapitres, noter à côté les numéros en chiffres arabes,

y compris dans la liste des chapitres.

 

5.2- Certains ouvrages ont un numérotage "en toutes lettres"

qui ralentiraient l'écriture et la tape au clavier des repères CAL©.

Ne jamais les utiliser pour écrire les repères CAL©.

On peut conserver les numéros en toutes lettres en tête des parties, des chapitres et dans la table des chapitres, mais noter à côté -ou au dessus- les numéros en chiffres arabes.

 

5.3- Dernier cas très rare, l'ouvrage n'a ni partie ni chapitre !

Acceptable pour un petit livre de moins de 100 pages, cela devient très génant au dela. Pour définir un chapitrage, il faudrait idéalement pouvoir se concerter avec l'auteur... s'il acceptait d'abandonner cette fantaisie.

Certains espaces plus importants entre deux paragraphes pourraient être considérés comme des changements de chapitres, mais ce n'est pas toujours évident par rapport au contexte.

On ne peut que numéroter les alinéas du début à la fin du livre. voir section UTILISATION, Article 3.9.

et établir une "Liste des Alinéas" indiquant à quelles pages se trouvent les Alinéas 10, 20, 30, etc  ou 50, 100, 150, etc

 

6- Liste des Chapitres  (ou table des matières, ou sommaire)

 

6.1- Si un livre n'a pas de liste des chapitres -ou si elle n'indique que des titres sans numéro- créer ou compléter la liste.

En regard des numéros de chapitres (et de parties le cas échéant), indiquer les numéros des pages où ils commencent.

 

6.2- Une liste des chapitres peut être écrite sur une page vierge, au début -ou à la fin- du livre. Vérifier que le papier ne boit pas et utiliser un stylo qui ne bave pas, voir Articles 2.1 et 2.4 ci-dessus.

 

6.3- Il est plus pratique d'écrire ou de taper et imprimer  sur un feuillet collé ensuite au même endroit avec des pastilles adhésives double face ; éviter les colles liquides : risques de bavures et de flacon renversé.

 

7- pour exemple :

La Guerre du Feu : Articles  4.3 + 4.5 + 4.6.1 + 5.1.

 

 

Deuxième préparation : PARAGRAPHAGE 

 

1- Les paragraphes d'un livre ne sont pas numérotés d'origine, sauf dans certains ouvrages pédagogiques, scientifiques et techniques qui utilisent des méthodes de repérage particulières qu'il faudra évidemment respecter... et ne pas utiliser la méthode CAL.

 

Remarque : Il n'est pas absolument nécessaire de numéroter tous les paragraphes d'un livre, mais uniquement ceux où l'on a une citation à repérer, voir Article 5.2 ci-après. 

 

2- Moyens d'écriture

 

2.1- Le numérotage des paragraphes réclame une attention et un soin particuliers ; le risque d'erreurs est un peu plus grand que pour le chapitrage, donc utiliser de préférence un stylomine ou un crayon noir bien taillé, grade B ou HB.

En cas d'erreur, on peut toujours gommer et récrire sans problème.

 

2.2- Ne recopier les numéros au stylo spécial* qu'en cas de certitude absolue...  mais ce n'est pas nécessaire.

Eviter les autres moyens d'écriture*.

* revoir les références et précautions à CHAPITRAGE, Articles 2.

 

3- Alinéa et paragraphe

 

3.1- La première ligne d'un paragraphe commence le plus

       souvent par un petit retrait égal à 2 ou 3 caractères

       appelé alinéa.

        Remarque : alinéa est couramment utilisé avec le sens

        de paragraphe ; la méthode CAL©  repère les Alinéas

        et n'utilise que ce mot pour ses deux significations.

 

3.2- Dans un dialogue, la première ligne peut commencer par

       un petit retrait suivi d'un guillemet «  ou d'un long tiret* ,

3.3- et chaque changement de locuteur est marqué par

       un petit retrait suivi d'un long tiret* —.

       * ou tiret de dialogue

 

3.4- Ces trois formes d'alinéa doivent être numérotées,

       sauf pour les ouvrages techniques, voir Article 1 ci-dessus.

.

4-   Numéroter les alinéas :

 

4.1- dans la marge gauche bien en face du petit retrait,

       à chaque chapitre, recommencer à partir de 1.

4.2- de 5 en 5, soit les alinéas ayant 0 et 5 pour unité ;

       de 10 en 10 est paradoxalement moins pratique,

       surtout lorsqu'il y a de longs alinéas.  

4.3- avec, si possible, au moins un alinéa par page :

       le premier, quel que soit son numéro,

       s'il n'y a pas d'alinéa ayant 0 ou 5 pour unité...

4.4-  Remarque : Une page sans alinéa visible

        indique qu'il commence à la page précédente

        et qu'il se termine à la page suivante.

4.5- Attention ! ne pas "simplifier" en ne numérotant 

        que le premier alinéa de toutes les pages ;

       plus il y a d'alinéas dans une page,

       plus on risquerait d'erreurs au numérotage

        et de pertes de temps au repérage.

4.6- Attention ! La première ligne d'une page commençant

       par une majuscule peut être confondue avec un alinéa.

       Vérifier bien la présence ou non du petit retrait. 

 

5-   Il y a deux façons de numéroter des alinéas :

 

5.1- soit SYSTEMATIQUEMENT dans tout le livre en procédant :

       • par petites séries de chapitres, s'ils sont courts...

       • ou par chapitres, s'ils sont longs...

       • ou par quelques pages (10, 15, 20 par exemple).

       ATTENTION !  cette formule peut être très fastidieuse,

       surtout en voulant numéroter un gros livre en un jour...

       Selon le nombre de pages, faire plus ou moins de pauses...

       répartir sur plusieurs heures... ou jours.

 

5.2- soit plus logiquement...  et plus souplement,

       au FUR et à MESURE, uniquement dans les chapitres

       où se trouvent des citations que l'on a besoin de repérer,

       mais en commençant TOUJOURS  le numérotage au début

       de ces chapitres et  jusqu'aux alinéas concernés...

       à partir desquels on pourra reprendre le numérotage

       ultérieurement si nouveau besoin.

       Cette façon de numéroter s'applique donc en cours

       de lecture et/ou de discussion.

 

6- Le numérotage des lignes n'est ni nécessaire, ni conseillé

                 -même pour les alinéas très longs-

     il pourrait se confondre dans la marge avec celui des alinéas.

 

7- pour exemple :

La Guerre du Feu : Articles  3 (1à4) + 4 (1à3) + 5 (1)

pour l'exemple, numéroter uniquement les alinéas des chapitres

1 de la 1ère partie, 7 de la 2ème partie, 11 de la 3ème partie.

 

8- à noter que si les auteurs et éditeurs voulaient bien adopter

    la méthode de repérage CAL© :

•  en numérotant les chapitres (en continu s'il y a des parties),

•  en établissant toujours une table des chapitres,

•  et en numérotant les alinéas (au minimum) de 5 en 5,

... les lecteurs qui ont plaisir à discuter d'un livre, de même que les étudiants et enseignants qui en dissertent, pourraient utiliser directement la méthode.

 

 

UTILISATION

 

1- Composition d'un repère CAL©

 

1.1- Un repère CAL© se présente dans l'ordre logique

         des éléments structurels des ouvrages :

       •  Tomes et Parties (éventuellement),

       •  Chapitres et Alinéas (nécessairement),

       •  Lignes (très précisément selon besoin).

 

1.2- Chaque élément est désigné par

son initiale en majuscule suivie d'un numéro

et les éléments sont séparés par un point sans espace,

exemple : C7.A9.L5 = Chapitre 7. Alinéa 9. Ligne 5.

Remarquer que les initiales conviennent plus ou moins à d'autres langues dont l'anglais : Tome, Part, Chapter, Alinea, Line.

 

1.3- Une citation s'étendant dans un chapitre sur plus

d'un alinéa ou d'une ligne consécutifs est indiquée par

les repères de son début et de sa fin séparés par un slash /,

exemples : A7/8 = Alinéas 7 à 8...    L3/7 = Lignes 3 à 7...

Remarquer que le slash / "international" est préféré au à "français"; il facilite aussi la tape au clavier "tout en majuscules", avec ou sans pavé numérique, voir les Articles 2 ci-après.

 

1.4- Une citation comprenant dans un chapitre plusieurs alinéas ou lignes non consécutifs s'écrit avec un ou des signes +,

exemples : A7+9 = Alinéas 7 et 9...  L2+4+6 = Lignes 2 et 4 et 6

Mêmes remarques pour le signe + "international" préféré au et "français" et pour la tape au clavier "tout en majuscules", avec ou sans pavé numérique.

Remarque : Les signes / et + peuvent se combiner ; exemples :

L2+L4/6 = Lignes 2 et 4 à 6   ou   L2/5+9 = Lignes 2 à 5 et 9

 

2- Ecriture d'un repère CAL© :

 

2.1- Un repère CAL© peut s'écrire à la main  ou  au clavier.

 

2.2- Sur tous les claviers ayant un pavé numérique,

il est plus facile de taper  les  chiffres  sur  le  pavé 

et les initiales sur le clavier mis en fonction "majuscules"

par la touche MAJ ou SHIFT avec cadenas de préférence* 

Les signes (./+) peuvent être tapés sur le pavé, ou le clavier

s'il est AZERTY ; pour d'autres claviers, choisir ce qui évitera de trop utiliser la touche MAJ ou SHIFT pendant la tape d'un repère CAL. 

 

* ATTENTION !  l'appui maintenu sur la touche  MAJ ou SHIFT

   sans cadenas  bloque le pavé numérique sur certains claviers.

 

2.3- Sur des claviers AZERTY français* sans pavé numérique,

on  peut  taper  initiales,  chiffres  et  signes  (./+)

en fonction "majuscules" par les touches  MAJ ou SHIFT,

celle avec cadenas de préférence.

* y compris pour les claviers adaptés belges... 

 

2.4- Sur les claviers QWERTY anglais* ou QWERTZ allemand* sans pavé numérique, les chiffres sont tapés dans la même fonction "minuscules" que les lettres ; il est donc plus facile de taper un repére tout en minuscules en remplaçant selon le clavier*, le signe + par un x minuscule et le slash / par un tiret ou par un <.

* QWERTY US adaptés anglais, international, québecois...

* QWERTZ allemands adaptés suisse,  polonais, tchèque...

 

3- Exemples de repères CAL© :

 

3.1-   C7.A11  repère une citation occupant un alinéa entier...

ou presque.  Repérer d'abord la page où commence le Chapitre 7 par l'onglet qui y est collé (voir Article 4.1 ci-après) ou en consultant la table des chapitres ; feuilletter ensuite jusqu'à la page où se trouve repéré l'Alinéa 10, le suivant est l'Alinéa 11.

 

• 3.1.1-  P7.A9 -le livre est divisé en Parties au lieu de Chapitres.

Même procédure que 3.1 ; feuilleter jusquà la page où se trouve repéré l'Alinéa 10, le précédent est l'Alinéa 9.

 

3.2P2.C7.A11 : le livre  est divisé  en Parties  qui sont  divisées en Chapitres numérotés en série (voir Chapitrage, Article 4.6.1).

Même procédure que 3.1 avec un repère supplémentaire.

 

Rappel : si les Chapitres sont numérotés en continu, le repère de Partie est inutile (voir CHAPITRAGE, Article 4.6.2).

 

3.3-  C7.A11/14  repère une citation occupant plusieurs alinéas successifs, dans les dialogues notamment. Même procédure que 3.1 pour l'Alinéa 11 débutant la citation, puis lire jusqu'à l'Alinéa 14.

 

3.4C7.A11+15  repère une citation répartie sur plusieurs alinéas séparés, dans les dialogues notamment.  Même procédure que 3.1 pour l'Alinéa 11 ; l'Alinéa 15 est trouvé un peu plus loin.

 

Rappel : 3.3 et 3.4 : les signes / et + peuvent se combiner :

                                   C7.A5+11/14       C7.A9/11+15        

 

3.5-  C7.A11.L15  repère une citation se trouvant à la Ligne 15.

Après repérage C7.A11, deux cas sont à considérer :

3.5.1: les lecteurs ayant en main la même édition, ou un retirage "à l'identique", trouveront tout de suite la citation à la Ligne 15,

3.5.2: les lecteurs ayant en main des éditions différentes  trou- veront la citation  entre  un peu avant et un peu après la Ligne 15 soit sur cinq à sept lignes maximum en général.

 

3.6-  C7.A11.L2/7  repère une citation occupant plusieurs lignes successives.  Même procédure que 3.5.1 ou 3.5.2 pour la Ligne 2 débutant la citation, puis lire jusqu'à la Ligne 7.

 

3.7C7.A11.L2+9  repère une citation répartie sur plusieurs lignes séparées.     Même procédure que 3.5.1 ou 3.5.2 pour la Ligne 2, la Ligne 9 étant trouvée plus loin.

 

Rappel :  3.6 et 3.7 : les signes / et + peuvent se combiner :

                                   C7.11.L2/7+9        C7.A11.L2+9/12

 

3.8T1.P7.C7.A11.L5  - Il est rare d'utiliser le repère de tome.

• En effet, le plus souvent, les tomes ont un titre particulier et ils sont traités individuellement (voir CHAPITRAGE, Article 3.1).

Mais le repère de tome est utile lorsque l'on fait des citations renvoyant d'un tome à un autre : cela évite d'écrire leurs titres.

Il est évidemment nécessaire si les tomes ne sont pas titrés.

 

3.9-  A1515  ???  Allo Marignan !!!   Cas très rare, le livre n'a ni partie ni chapitre !!!   On n'a pu que numéroter les alinéas du début à la fin du livre !... et établir une "Table des Alinéas" indiquant à quelles pages se trouvent les Alinéas 100, 150, 200, 250, 300, etc

Donc, repérer à quelle page commence l'Alinéa 1500 par l'onglet qui y serait collé (voir Article 4.1 ci-après)...

ou à l'aide de la table des alinéas ; feuilleter ensuite jusqu'à la page où se trouve l'Alinéa 1515. 

 

>> Cela complique évidemment le repérage "au fur et à mesure" (voir PARAGRAPHAGE, Article 5.2) et le repérage "imprévu"  (voir Article 4.5 ci-après). Heureusement ce cas est très rare.

 

4- Astuces et conseils

 

4.1- Repérage rapide des chapitres avec des onglets portant les numéros des chapitres, posés en  haut des pages où ils débutent.

Très utiles en cours d'échange d'idées avec des amis. Utiliser des onglets "Post-it" qui se posent et s'enlèvent sans laisser de traces.

> En cas de repérage de parties de textes, utiliser des "Post-it" de couleur différente de celle des repéres des chapitres.

 

4.2 - Repérage des lignes.         Attention !!!      Les lignes sont évidemment comptées à partir du début de l'alinéa mais cet alinéa peut commencer en bas d'une page et finir en haut de la suivante. Dans ce cas, il y a un petit risque de prendre la première ligne de la page suivante pour un alinéa, surtout si elle commence par une majuscule. Vérifier bien la présence du petit retrait au début d'un "vrai" alinéa...

 

4.3- Repérage des lignes dans des alinéas très longs    (de plus

de 25 lignes par exemple). On peut repérer une ligne qui se trouve vers  la fin  de l'alinéa  en la comptant  à partir  de la  dernière  avec les initiales LR (= Ligne en Remontant).

      Exemples :

      LR1 = dernière ligne,  LR1/3 = trois dernières lignes.

      LR2 = avant-dernière ligne, LR3, LR4, etc...

   ...mais éviter de remonter à plus de 10 lignes en arrière.

 

4.4- Utilisation des numéros de pages :

 

Rappel : Normalement, les numéros de page ne sont pas utilisés dans la méthode CAL© à cause des inconvénients exposés dans la PRESENTATION, Articles 4 et 5 : repérage aléatoire... et énervant !

 

Toutefois, en ajoutant le numéro de page au repère CAL©, exemple C7.A7.L9.PAGE.123, on indique uniquement à ceux qui ont en main la même édition ou un retirage à l'identique, qu'ils trouveront la citation un peu plus vite en effet -sans tenir compte du repère Chapitre 7- à la page 123, dans l'Alinéa 7, à la Ligne 9.

 

Attention !  Ne jamais abréger  le mot  PAGE dans vos notes par "P" ou "p" pour ne pas confondre avec  Partie, même si l'ouvrage n'en comporte pas (question de principe).

 

4.5- Repérages imprévus en cours de discussion :

 

Si un numéro d'alinéa vous est indiqué dans un chapitre dont vous n'avez pas encore numéroté les alinéas, ne cherchez pas la citation en errant dans le chapitre, cela risque d'être très long et sûrement très énervant pour vous et votre correspondant.

 

Commencez à numéroter ce chapitre "au fur et à mesure" (voir PARAGRAPHAGE, Article 5.2), jusqu'à trouver la citation au numéro indiqué. Ce sera plus ou moins long selon la longueur du chapitre et le rang de l'alinéa, mais moins énervant pour vous et votre correspondant.

 

Faites de même si vous avez à communiquer une citation dans un alinéa que vous n'avez n'a pas encore numéroté . Ne donnez pas à votre correspondant des indications aléatoires... plus énervantes que le temps d'attente pour un repérage précis.

 

5- Ouvrages réédités avec modifications des textes

Cet article est mis en réserve car il s'applique à des cas très rares pour les romans qui nécessitent des repérages CAL© un peu plus complexes et une parfaite aisance dans la pratique de la méthode.

 

> Rappel : Une "réédition à l'identique" dont les textes et les éléments structurels sont restés conformes à l'édition originale, conserve les repères CAL© sans modification, même en cas de corrections de fautes de langue ou d'impression... qui ne modifient ni le chapitrage, ni le paragraphage.

C'est le cas le plus fréquent pour les romans.  De même pour une réédition ajoutant ou supprimant uniquement des illustrations, dessins, photos... ou une préface, une postface, un commentaire...

 

Lorsque des modifications nombreuses et importantes concernent des chapitres et/ou des paragraphes, il vaut mieux considérer la réédition comme une nouvelle édition et lui affecter un nouveau repérage CAL©.

 

6- Quelques signes et abréviations sont utiles après le repère CAL© d'une citation pour préciser la nature de la remarque qui y est faite : critique, commentaire, explication, précision, correction...

Voir à la rubrique "Notes et Corrections", Justifier... Article 5.

 

7- pour exemple :

• La Guerre du Feu : en appliquant les articles 3.2 + 3.7 + 4.3 aux trois repères CAL© ci-après, on retrouve trois citations et on peut corriger une erreur dans l'une et  la justifier par les deux autres.

P2.C7.A1.LR1.conf. = (confusion) Gammla... la fille de Faouhm

                    rempl. (remplacer par) la nièce

(voir) >V.P1.C1.A14.LR2> =  Gammla, fille de ma sœur

(voir) >V.P3.C11.A3.L3+7> = Gammla... La nièce de Faouhm

Voir plus d'explications à la rubrique "Notes et Corrections...",

 

©Raf Bever 1991/2009/2012.

La méthode CAL© de repérage en textes est libre de droit pour un usage privé et non lucratif.

Le nom du concepteur doit être mentionné. Toute utilisation commerciale doit faire l'objet d'un accord préalable du concepteur.

 



Plan du site | Mentions légales | Copyright Six degrés 2017 - Tous droits réservés